Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 20:18
Expo Giacometti à Landerneau

Dzwing! Un SMS vient d'arriver...

(Eg tape un peu vite!...Ou peut-être que le -u- ne fonctionne plus sur son clavier...j'rigole)

"tU nous raconteras sUr ton blog"

Expo Giacometti à Landerneau

Mais oui, mais oui! L'expo Giacometti!

Expo Giacometti à Landerneau

Alors...que te dire, Eg?

Je ne suis pas fan fan de Giacometti, de "l'homme qui marche" et de toutes les sculptures filiformes hyper connues.

A Landerneau, il y a aussi des toiles et des dessins...et c'est toujours un peu sinistre.

MAIS! J'ai découvert des mini-formats et des socles qui donnent beaucoup de force au sculptures, et ça, j'aime bien.

Cette toute petite figurine, c'est vraiment elle ma préférée!

Repost 0
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 12:27

J'ai découpé l'adresse, donnée par Clémence Poesy, dans un ELLE de cet hiver:

Shakespeare and Co

Mardi matin, Jeanne, Adam et moi, on a marché de chez Soso jusqu'à Notre-Dame, et puis on a tourné à gauche direction St Michel en longeant la Seine...

La librairie est là, dans un renfoncement, juste après un petit jardin public.

Dans mes jeunes années, j'ai du passer devant des dizaines de fois sans y prêter attention!

Et pourtant, quel lieu incroyable!

On a poussé la porte et on est tombé sous le charme...

Shakespeare and Co
Shakespeare and Co
Shakespeare and Co
Shakespeare and Co
Shakespeare and Co

Des bouquins partout, neufs et anciens, jusqu'au plafond, avec des échelles pour y accéder, des recoins, des détours, des fauteuils dans les coins, des petites niches où on peut s'installer et laisser un message, un chat blanc très semblable à Hector et qui s'est laissé gentiment caresser par Adam...

Bref, une atmosphère magique, une bulle hors du temps, un voyage dans un monde qui ressemble à celui d'Harry Potter!

Attention, comme son nom l'indique, Shakespeare and Co est une librairie anglaise!

Jeanne a choisi deux livres (il paraît qu'elle va les lire!), dont elle a la version française.

Moi, j'ai craqué pour le tote bog souvenir:

Shakespeare and Co
Repost 0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 10:20

002 (2)-copie-2Comment résister au titre! Et à cette hypnotique photo de couverture!...

J'avoue...Je passe de longues minutes à la contempler!

 

Est-ce que j'ai mal compris les critiques?... Je croyais lire un roman d'amour-amitié à trois, deux garçons et une fille, à la "Jules et Jim"...

Pas du tout!

C'est une lettre d'amour d'un homme à sa femme.

Et comme c'est un intello new-yorkais, il lui faut forcément 278 pages pour écrire une lettre!

 

C'est mélancolique, c'est confus au début juste ce qu'il faut pour avoir envie d'y revenir une fois qu'on est bien embarqué dans l'histoire, c'est beau, c'est intello, c'est l'ambiance des campus américains des années 60-70...

 

Quelques coups du sort obligent ce couple amoureux à faire des choix qui nous interpellent tou(te)s...C'est sûrement le genre d'histoire qu'on garde en mémoire longtemps après l'avoir lue.

 

 L'extrait que je note aujourd'hui pour vous, les filles, c'est celui qui me libère un peu de cette pression de croire que les parents sont responsables en tout du devenir de leurs enfants, même adultes:

 

"Nous sommes passés tard à table parce que la petite Julia Esterhazy ne voulait pas aller se coucher; nous n'avions pas fini l'entrée qu'elle s'est mise à pleurer. Irene s'est levée pour aller la voir. Istvan lui a dit de se rasseoir. Les pleurs se sont transformés en cris. Istvan a de nouveau retenu Irene. Julia devait apprendre, disait-il: si on ne lui montrait pas que bonne nuit veut dire bonne nuit, il serait de plus en plus difficile de la mettre au lit. Irene a débarrassé les assiettes et apporté le plat principal. Julia a crié plus fort. Nous avons mangé conscienceusement pendant qu'elle hurlait comme une alarme de voiture que personne ne se soucie d'éteindre. Enfin, elle s'est tue. Irene est allée jeter un coup d'oeil puis elle est revenue, le visage fermé. Julia s'était endormie contre les barreaux de son lit d'enfant, un bras pendant au-dehors.

"Elle avait l'air d'une prisonnière abattue alors qu'elle essayait de s'échapper, a dit Irene à Istvan. Je ne comprends pas pourquoi tu es si cruel."

Istvan a répliqué qu'il n'était pas cruel de se montrer ferme. "Tu vas voir, la prochaine fois, ce sera plus facile.

-Il n'y aura pas de prochaine fois", a dit Irene.

Les Miller sont intervenus et la conversation s'est engagée sur la façon d'élever les enfants.[...] 

-...S'ils pouvaient tous être un peu moins sérieux quand il s'agit de leurs enfants.

-Tu les préférerais désinvoltes et facétieux?

-Non, un peu plus humbles, simplement. Ce que les enfants sont ou font, une fois grands, ne dépend pas entièrement de leurs parents.

-En tout cas, si Julia Esterhazy se met à détester son père en grandissant, tu sauras pourquoi.

-Les amours et les haines de Julia ne sont pas si prévisibles, ai-je dit. Les enfants ne se façonnent pas comme ça. Ils naissent avec leur caractère, qu'ils ont hérité d'ancêtres que nous ne connaissons pas, et de bien plus loin. Les parents n'en sont que les gardiens. En un sens, tout enfant est adopté. Il m'arrive de penser..." 

Tu m'as interrompu."

 

 

Repost 0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 17:08

Au coeur de la nuit...

Impossible de dormir...

Inutile de chercher plus longtemps à replonger dans le sommeil...

J'allume ma lampe de chevet...

J'ouvre mon livre...

Quelques minutes de lecture...

Et soudain l'explosion...

Je ris, je ris, je ris, je pleure de rire, je me tords de rire...

Et voilà le travail, Steph est réveillé à son tour...

II se marre aussi en me voyant...

"T'en es où?"...

"Au moment où il s'évade du goulag!"...

 

"L'explosion attendue ne se produisit pas. En revanche, le nuage de fumée devint énorme et augmenta encore quand les gardiens, qui n'osaient pas approcher, envoyèrent les prisonniers arroser le conteneur en flammes.

Trois forçats profitèrent du manteau de fumée pour sauter par-dessus la palissade de deux mètres de haut et passer du côté libre du port. Le soldat posté dans le mirador numéro deux vit ce qui se passait et se mit immédiatement à mitrailler les fugitifs à travers le rideau de fumée.Comme il utilisait des balles traçantes, il atteignit sans difficulté les trois fuyards. S'ils n'avaient pas été tués sur le coup, ils l'auraient été de façon certaine une seconde plus tard, car le vigile avait tiré non seulement sur les trois hommes mais également sur le conteneur qui se trouvait à gauche de celui auquel Allan avait mis le feu. Celui d'Allan contenait mille cinq cent couvertures militaires, celui d'à côté mille cinq cent grenades à main. les balles traçantes contenant du phosphore, dès que l'une d'elles eut atteint une grenade, celle-ci explosa, entraînant avec elle en un dixième de seconde ses mille quatre cent quatre-vingt-dix-neuf petites soeurs. L'explosion fut si violente que les quatre conteneurs suivants furent soulevés du sol et atterrirent entre trente et quatre-vingts mètres plus loin, à l'intérieur du camp.

Le conteneur numéro cinq recelait sept cent mines terrestres.La deuxième explosion fut aussi forte que la première et pulvérisa quatre caisses supplémentaires.

Allan et Herbert avaient espéré créer la confusion, ce fut le chaos le plus total. Et cela alla en empirant, car les conteneurs s'enflammèrent les uns après les autres. L'un d'eux contenait du gas-oil et de l'essence, qui en général ne servent pas à éteindre le feu. Un autre était rempli de munitions qui se mirent à vivre leur propre vie. Deux miradors et huit baraquements brûlaient déjà avant que les missiles ne s'en mêlent. Le premier abattit le troisième mirador, le deuxième emporta le poste de garde à l'entrée du goulag, avec la barrière, la clôture et le reste.

Quatre navires attendaient leur chargement dans le port; les missiles suivants les embrasèrent.

Un nouveau conteneur de grenades explosa, déclenchant une réaction en chaîne qui détruisit jusqu'au dernier conteneur. Il s'agissait d'une nouvelle caisse de missiles, qui s'envolèrent dans la direction opposée, c'est à dire vers la zone ouverte du port où un pétrolier transportant soixante-cinq mille tonnes de pétrole arrivait justement à quai. Un premier tir atteignit le pont de commandement, trois autres crevèrent la coque, provoquant un brasier plus important que tous ceux qui grondaient déjà.

Le supertanker en flammes se mit à dériver le long du quai en direction du centre de la ville. Au cours de son ultime voyage, il mit le feu à plusieurs maisons le long du front de mer, sur une distance de deux kilomètres deux cents. Pour couronner le tout, ce jour-là soufflait un vent de sud-est. Il ne fallut pas plus de vingt minutes pour que toute la ville de Vladivostok soit la proie des flammes."

 

Lisez-le, les filles, et en plus de vous marrer avec les aventures d'Allan Karlson, vous réviserez l'histoire mondiale du XXème siècle!

Repost 0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 17:49

"Hiroshima, mon amour", le livre de Marguerite Duras, le film d'Alain Resnais...

C'est l'histoire d'amour fétiche de mes 15 ans...

Je ne comprenais pas tout mais tant pis!

 

Emmanuelle Riva, actrice intense et magnétique:

Hiroshima-mon-amour--Resnais--2_G.jpg

 

Et maintenant, à l'autre bout de sa vie, César de la meilleure actrice! Bravo! Je suis si contente!

 

Je n'ai pas encore vu "Amour" de Michaël Haneke...

Repost 0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 14:12

Le roman de Tolstoï

018-copie-1Tolstoï est un maître époustouflant qui raconte et décrit tout en détail: décors, costumes, paysages, ambiances, psychologies des personnages. 

C'est magnifique, c'est bouleversant, je suis addict, je ne peux plus lâcher le livre!

Sous l'emprise du talent de Tolstoï, je voyage dans la Russie impériale de la fin du 19ème siècle...   

 

 

Le film de Joe Wright

annak-620x412.jpgPour faire tenir un roman-fleuve en un peu plus de deux heures, il faut faire des choix...Par exemple, celui du théâtre filmé, pour de nombreuses scènes. Un parti pris surprenant et très déstabilisant dans les premières minutes du film.

Mais le casting est impeccable, Keira Knightley est si parfaite que je lui pardonne son froncement de nez insupportable quand elle sourit, et le must du must, c'est Jude Law, super émouvant en mari trompé, rigide et malheureux.anna-karenine-anna-karenina-05-12-2012-21-g.jpg

  J'ai vu le film avant d'avoir terminé le livre. 

C'est bien, parce que les acteurs remplacent en mieux les images mentales des personnages que j'avais construites auparavant.

Et grâce à Jude Law, j'ai une vision moins négative d'Alexis Karénine...

"Maman, tu m'avais dit que le mari d'Anna Karénine était saoûlant, m'a chuchoté Jeanne pendant la projection du film. Mais non, il est gentil!" 

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 17:29

J'aime:

l'esprit critique, l'analyse, la recherche de solutions, les idées neuves.

 

Je n'aime pas:

les idées toutes faites, les clichés, les à-priori, la pensée unique.

 

Quand les loups se mettent à hurler tous en même temps, je cherche à ne pas faire comme eux. 

"Aimer le XXIème siècle", alors que tout le monde flippe, bien sûr que le titre m'a attirée!

J'ai écouté JL Servan-Schreiber en interview et il a conclu ainsi:

"Je ne regrette pas d'avoir donné naissance à des enfants, ni qu'eux-mêmes en aient fait autant."

C'était pour me plaire!

 

J'ai acheté son livre, je l'ai lu, je suis conquise par sa clairvoyance, son optimisme et le réconfort qu'il apporte.    011 (2)

 

Exemples en vrac:

 

"Il est inévitable que sept milliards d'individus génèrent une masse de problèmes. Il y en avait tout autant, souvent plus violents dans les siècles antérieurs. La différence est que nous en sommes mieux informés."

 

"...nous n'avons guère d'autre choix, pour éviter l'épuisement des ressources et les pollutions meurtrières, que de rétropédaler collectivement. Et nous n'aimons pas cela, comme quiconque à qui l'on annonce qu'il vit au-dessus de ses moyens et qu'il va devoir changer ses habitudes. Même si ce n'est pas agréable, c'est moins dramatique qu'une guerre ou des émeutes sociales. L'ajustement de nos désirs à nos moyens sera le principal chantier à la fois éthique et politique de ce siècle, ce qui n'a rien de catastrophique."

 

"Les schémas d'amitié indéfectibles et de couples pérennes ne sont plus la norme, mais l'heureuse exception.[...] Peut-être que les amitiés exclusives et les couples uniques n'étaient que les produits de sociétés plus étriquées et moins riches d'opportunités."

 

"...nous vivons plus intensément aujourd'hui qu'aucune autre génération avant la nôtre. Désormais le virtuel fait partie de notre vraie vie et l'enrichit notablement. A nous de ne pas oublier d'aller de temps en temps nous coucher dans l'herbe pour écouter le vent."

 

"Si tout paraît insoluble, n'est-ce pas par oubli que l'humanité est toujours sortie de ses paroxysmes d'angoisse pour passer à l'étape suivante?"

 

Des portes s'entrouvrent, non? Et ce n'est bien sûr qu'un minuscule échantillon, extrait de tout un raisonnement.  

 

 OK, le livre de JLSS n'est pas un roman et il faut se concentrer un peu pour le lire.

Mais il n'a que 139 pages et franchement, il vaut le coup!

 

Je le conserve à portée de main, j'y ai souligné mes passages préférés, je suis prête à le dégainer à tout moment pour nous rassurer sur l'avenir du Monde, mes petits et moi!

Repost 0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 09:22

pour Adele qui chante sur la bande son de Skyfall, le prochain James Bond.

"Voix de velours"...L'expression qui prend pour moi tout son sens quand j'écoute Adele.

Repost 0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 17:18

Attention, émotion forte...machine à remonter le temps...voyage dans le 19ème siècle!

 

Des belles toiles, il y en a plein, mais aussi des dessins de mode et des tenues d'époque, des robes,

004 (3)005 (3)

des chaussures, des chapeaux...

Le tout dans une mise en scène super-réussie, décors et fonds sonores impeccables!

L'expo se termine même dans une prairie, avec herbe artificielle et chants d'oiseaux.

 

La mode masculine est loin d'être oubliée et pour moi, c'est même l'espace le plus réussi, avec trois oeuvres flashantes:

un portrait de Renoir à l'âge de 26 ans, peint par son ami Frédéric Bazille:

001

Décontracté et classe, on croirait un jeune homme du 21ème siècle!

 

Encore un portrait, de Manet par Henri Fantin-Latour:

002 (2)-copie-1

Quel staïle!

 

Et ce portrait de groupe, "Le cercle de la rue Royale" de James Tissot:

james-tissot-293980-jpg 178558

Qui est James Tissot? C'est un peintre français, comme son prénom ne l'indique pas (en fait, il s'appelait Jacques-Joseph, mais comme il a beaucoup vécu à Londres et était très amoureux d'une anglaise, il s'est fait appeler James), un ami de Degas, de Manet, de Berthe Morisot.

L'expo m'a permis de découvrir plusieurs de ses toiles, belles et émouvantes, comme ces deux soeurs dans un jardin anglais:

1766971 6 995b les-deux-soeurs-de-james-tissot-1863 9f209c9

ou cette jeune femme alanguie devant une fenêtre au bord de la mer (regardez sa main gauche sur le coussin, le détail trop beau!):

James-Tissot-Seaside

L'expo vient juste de commencer, elle se termine en janvier. Il FAUT la voir.

 Petite précision: l'audioguide (5 euros) vaut le coup.


Repost 0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 11:31

Après la visite de l'expo "Les Impressionnistes et la mode"(exceptionnelle, magnifique, à voir absolument...voir mon prochain post) au musée d'Orsay, j'ai attendu ma copine Catherine J. sur l'esplanade devant l'entrée:

003-copie-1

Hé! J'ai eu la même idée que Catherine Deneuve!

055

Je m'en suis rendue compte en passant un peu plus tard devant les vitrines du Bon Marché, rue de Sèvres où sont exposées des dessins en volume de l'illustratrice de BD franco-iranienne Marjane Satrapi (c'est elle qui a dessiné "Persépolis", ce film d'animation qu'on a adoré en 2007).

 

J'aime que Deneuve, réputée pour sa froideur quand elle était plus jeune, devienne en vieillissant une marrante, tout en restant classe!

056057

Repost 0

Présentation

  • : Un blog pour mes filles
  •  Un blog pour mes filles
  • : Mon bloc-notes lifestyle de Maman, Meggie (aka mamie), décoratrice (atelier Augusta et Moi), housewife.
  • Contact

Recherche